Merci pour tous vos messages pour l’anniversaire de ma naissance il y a 49 ans, 7×7, un chiffre sacré qui m’inspire pour vous partager ce qui me traverse et me ravis chaque jour.
Mon corps déjà, qui m’accompagne dans cette vie et dont je prend soin tous les matins par quelques exercices physiques afin de le réveiller en douceur et de l’activer. Mais aussi les lignées de mes ancêtres (femmes et hommes) que je remercie et qui me ramène à la trame de la vie, de toute vie.
J’aime aussi me rappeler chaque jour que je suis un être divin incarné, au service de la création ; afin de me souvenir que dans chacun de mes actes, il y a une responsabilité avec la source, avec la vie.
Et aussi à m’ouvrir à l’inconnu en oubliant autant que possible ce que hier m’a apporté pour rester connecter à la dynamique du vivant et à ce qui se joue ici et maintenant, en traversant dans ces instants mes ombres et lumières. Que je sois seul ou avec d’autres personnes, j’essaye le plus possible de partager mes talent et facilité plutôt que de chercher à m’exprimer la ou mon être ne semble pas s’épanouir.
Ce qui devient pour moi de plus en plus essentiel, c’est le caractère sacré de toute chose, objet, plante, être vivant, pensée, qui fait que tout est relié, quoi que je fasse ou que j’expérimente.
Alors un grand merci à la vie, un grand merci à vous de me témoigner vos pensées, comme j’aime à partagé les miennes et comme je le fait maintenant.
Et spécifiquement sur le caractère sacré de la vie, je tiens à vous partage mon ressentit après la lecture d’un livre qui m’a beaucoup touché : « Traces de pas dans nos cœurs » de Gary Morris. L’auteur raconte sa relation avec deux des derniers docteurs indiens de Californie de la tribu des Yuroks avec qui il va passer de nombreuses années et qui vont lui transmettre l’héritage de leurs coutumes et traditions, comme une certaine éthique dans leur façon de vivre.
En lisant ce livre, je me suis dit que tout ce qui arrivait sur terre, comme violence et destruction, ne venait en fait que de la négation de ce caractère sacré inhérent à tout ce qui se présente à nos yeux.
Je me pose même la question si ce n’est pas uniquement l’histoire de nos sociétés modernes qui après le monopole et la violence qu’on pu générer les religions ont permis de créer une nouvelle pensée globale déconnectée du caractère sacré de la vie ou déconnectée de la conscience, comme on dirait en langage moderne.
Sachant que nous sommes, nous même une partie de la création et que ce que nous faisons à la terre, à nos sœurs et à nos frères, nous le faisons à nous même. Tous liés que nous sommes par le même souffle de vie.
Petit extrait du livre : « peu importe à quel point les choses sont mauvaises : tant qu’il existe un seul brin d’herbe vivant dans le monde, nous auront la preuve que le pouvoir de création est plus puissant que le pouvoir de destruction »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *